Libellés

vendredi 10 septembre 2010

Les articles d'Alain Rey sur Voie militante : Quand les socialistes se combattent entre eux et en oublient leurs ennemis de classe !


Quand les socialistes se combattent entre eux et en oublient leurs ennemis de classe !

Par Alain Rey • 21 août, 2009

Il est dans l’ un homme politique de droite que tout autre Fédéral “socialiste” qu’ (l’actuel fédéral  de l’) rêverait de compter au nombre de ses adversaires. Les quelques éléments de biographie qui sont l’objet du présent billet en convaincront sans peine les lecteurs de ce blog.
Né dans une famille honorée d’un titre de baron (12 novembre 1811), sous l’Empire, on peut blasonner (décrire des armoiries selon les règles du blason) les pleines armes de notre sujet d’étude de la manière suivante :
mod_article501455_1
Coupé : Au 1, parti d’azur à l’étoile d’argent et de gueules à une branche d’olivier d’argent posée en bande et chargée d’une épée d’or posée en barre et la pointe basse ; au 2 d’hermines plein.
Ce qui en langue vulgaire signifie approximativement, que l’écu sur lequel figure les armoiries (ensemble des emblèmes symboliques qui distinguent une famille) est coupé verticalement en deux parties, l’une bleue (azur) étant décorée d’une étoile blanche (argent) et rouge (gueules) sur laquelle s’entrecroisent une branche d’olivier et une épée, l’autre partie étant dessinée d’une manière symbolisant l’hermine, alternance de noir et de blanc.
Tous ces décors étant régis par les règles, très complexes, de l’héraldique impériale, les meubles (étoile, branche d’olivier, épée) symbolisant les domaines d’activités du récipiendaire de cette haute faveur de celui qui avait reçu le titre d’Empereur de la République du peuple français.
Un Maire-Conseiller général qui porte de plus belles armoiries que sa commune (Verneuil-sur Avre) n’est point une chose si courante dans notre département, mais quelques une des illustrations de son nom (haut fait des membres d’une même famille aristocratique) méritent d’être signalées.
Je me limiterais à deux citations, l’une concernant le plus célèbre aïeul de l’élu objet de ce billet :
mod_article501453_1
Son ancêtre signa, le 8 février 1796, un arrêté nommant général un jeune officier corse (protégé du frère de Robespierre !) au nom et au prénom ridicules et imprononçables et après diverses fonctions gouvernementales notre “héros” devint le 29 août 1805 Intendant Général de la Grande Armée, fonction d’une importance stratégique capitale, puisqu’il lui revenait d’assurer l’approvisionnement des sept corps d’armées, des sept torrents que Napoléon lança dans une campagne qui se termina par la bataille d’Austerlitz, ce haut fait valut en 1806 à Claude- des obsèques grandioses sur ordre de l’Empereur, il fut inhumé au Panthéon, lors d’une cérémonie organisée par Joseph-François Baudelaire (Le père !) et son éloge funèbre fut prononcée par le plus grand mathématicien de cette époque : Monge.
Dans l’ avoir un ancien candidat à la députation ayant à répondre d’un tel passé n’est déjà pas chose courante, mais notre histoire ne s’arrête pas en si bon chemin, près d’un siècle plus tard un autre représentant de cette famille fut aussi le serviteur d’une autre grande révolution… celle de l’automobile !
En 1903, à 24 ans, le Baron Charles Petiet créa la marque automobile Ariès (Bélier en latin), nom qui traduisait le désir du fondateur de cette entreprise de produire des voitures qui soient de qualités et robustes.
mod_article501461_11
L’une, l’Ariès type B, fit en 1903 un tour de France de 5000 kilomètres.
Les automobiles et camions Ariès connurent un réel succès de part le monde, dès les années 1906, 1907 et 1908, ARIÈS fournissait des autobus à étage à Londres, des autobus sur rails à Moscou, des taxis àNew York, des véhicules pour les compagnies de transport de la cordillère des Andes, de Buenos Aires, de Lima, du Caire et des véhicules pour l’armée .
mod_article501466_11
Ce qui conduisit Charles Petiet à succéder, en 1918, à Louis Renault à la présidence de la Chambre Syndicale des Constructeurs Automobiles, présidence qu’il garda jusqu’en 1953.
mod_article501459_1
Quel dommage que l’obsession d’ (le Fédéral  de l’) soit de faire la chasse à ses militants les moins inintelligents et les plus aptes à s’opposer à la droite sarkozyste !
Imaginez le succès de notre “indigne” fédéral de l’ du Parti dit socialiste, si à l’annonce du rachat par  des automobiles Heuliez il avait livré à la presse régionale une note contenant les informations que je viens de narrer sur la geste des barons Petiet !
Mais les permanents de la Fédé 27 étaient bien trop occupés à fabriquer de “faux dossiers secrets” contre  et à titre infiniment subsidiaire contre Alain Rey, pour se soucier de donner à leur employeur un dossier complet sur les affaires du conseiller général UMP deVerneuil-sur-Avre qui avec une fortune estimée à cinquante millions d’euros, émarge à la quatre cent trentième place au classement Challenges des Fortunes de France !
louis-petiet-pdg-du-groupe-bkc-futur-repreneur-de-la-maison-lacroix
Baron d’Empire, descendant de ces industriels que combattit le Front Populaire en 36, détenteur d’une fortune aussi importante que celle dont on crédite la famille de Jean-Michel Baylet (le président du PRG), déclaré inéligible par le conseil constitutionnel pour des “erreurs” de comptes de campagne et ayant à se justifier de la faillite de sa filiale suisse, Louis, Baron Petiet, Conseiller Général-Maire de Verneuil-sur-Avre serait dans toute autre fédération socialiste que celle de l’, l’ennemi de classe de toute la gauche de son département !
Las, dans l’, sous le joug d’Yves, Premier Fédéral et Autocrate de tous les socialistes de l’, l’ennemi de classe c’est  (!) coupable d’avoir été préféré par ses camarades de la section d’Evreux à des notables aigris, qui furent incapables de démontrer à leurs camarades de section leurs capacités à exercer des fonctions municipales !
Certes, on m’objectera que Rachid, contrairement à Claude-, n’est pas réputé pour sa rigueur morale.
Claude- stupéfia l’Empereur par son honnêteté, mais Rachid aurait acheté les votes de ses camarades d’Evreux !
Curieux, je n’ai pas lu le nom de Mammeri, dans la liste des “milliardaires” de Challenges !
ET PUIS QUAND BIEN MÊME UN CANDIDAT AURAIT LA CAPACITÉ DE COMMETTRE UNE TELLE FRAUDE, NOS STATUTS PRÉVOIENT QU’UNE LISTE, dans le cas d’une commune de plus de vingt mille habitants, DOIT SUCCESSIVEMENT ÊTRE APPROUVÉE PAR LE CONSEIL FÉDÉRAL ET PAR LE CONSEIL NATIONAL DU  !
ALORS EUX AUSSI AURAIENT ÉTÉ ACHETÉS PAR MAMMERI ?
webers
 à La Rochelle, aux côtés d’Henri Weber, signataire de la contribution de Rachid au Congrès  de Reims.
EN CETTE AFFAIRE MAMMERI, LA SEULE CHOSE QUI SOIT SCANDALEUSE C’EST L’ABUS DE POUVOIR QU’A COMMIS LE BUREAU NATIONAL DU  EN RETIRANT ARBITRAIREMENT À LA LISTE DE , (AU SECOND TOUR DES MUNICIPALES) L’INVESTITURE DU  POUR LA DONNER AU QUARTERON DE DISSIDENTS  QUI ÉTAIT PARVENU À DEVANCER LA LISTE LÉGITIME DE LA GAUCHE ÉBROÏCIENNE.
CE SONT CES TYPES LÀ QU’IL FAUDRAIT EXCLURE DU  ET QUAND J’ÉCRIS “CES TYPES LÀ” JE NE PENSE PAS QU’AUX DISSIDENTS  D’EVREUX, MAIS AUX “CAMARADES” INDIGNES ET IRRESPONSABLES DU BUREAU NATIONAL DU  !
groupeps_23
Photo rare,  se commettant avec des militants de base du !  est l’individu chauve, cravaté, en parka marron, qui semble trouver très réjouissant d’être placé derrière Hélène Ledoux,Ancienne Secrétaire nationale du PRG, Membre du CF27 PS et du CA de la section PS d' Evreux et épisodiquement  rédactrice à Voie Militante.
Avec des “socialistes” tels qu’, je ne doute pas un seul instant que le baron Louis pourra célébrer, vers 2014, son premier milliard d’euros, à la tête du premier Conseil territorial de Normandie, en présence du Premier Ministre d’alors, Monsieur Bruno Lemaire !
Sauf, évidemment, si d’ici là  est exclu du  et si Alain Le Vern comprend (enfin !) que pour lui l’heure de la retraite a sonné !
Alain Rey-Hartmann.
Pour mieux connaître la geste de la famille Petiet et les affaires du baron Louis :
Crédit photos : forum.cinemafantastique.be ; educol.net.

Tags : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire