Libellés

mardi 24 août 2010

Les articles d'Alain Rey sur Voie militante : Européennes : le PS survivra-t-il à sa défaite du 7 juin 2009 ?


Européennes : le PS survivra-t-il à sa défaite du 7 juin 2009 ?
Par Alain Rey • 23 fév, 2009 • Catégorie: Elections

J’imagine assez bien les réactions des importants, des belles personnes du parti dit socialiste en général et de la Fédé 27 PS en particulier à la lecture du titre de ce billet. Qu’importe puisque qu’avec ce qui leur tient lieu de curiosité intellectuelle, ils n’iront pas plus avant que la lecture de ce titre, et je ne parle évidemment pas d’Yves Léonard (l’inexistant Fédéral PS de l’Eure ) qui n’utilise généralement que des informations de deuxième ou de troisième main !
Et pourtant ! J’avais conçu un titre bien plus terrible, du type “Les Européennes seront elle la bataille de Cannes du parti socialiste ?” Mais, connaissant assez bien les hauts dignitaires de la Fédé 27 PS , j’ai craint qu’ils croient que j’avais commis un article sur le Festival de Cannes !
Concession bien regrettable de ma part, car en bien des points cette comparaison avec la bataille de Cannes s’avère topique.

Cannes, en Italie, est le lieu où le 2 août 216 Av J-C le Carthaginois Hannibal infligea à l’armée romaine l’une des plus grandes défaites qu’elle ait eue à subir durant toute son histoire m illénaire.
Tout avait pourtant si bien commencé pour Rome. Après la surprise du franchissement des Alpes par l’armée d’Hannibal, la République Romaine avait confié le pouvoir à Qintus Fabius Maximus Verrucosus, Cunctator.







 Et celui ci prenant , non sans génie, la juste mesure d’Hannibal évita tout affrontement direct contre ses armées, se contentant d’opérations militaires qui de nos jours relèveraient de la guérilla. 
Stratégie qui porta ses fruits !
 Las, les Romains estimant que cette manière de se battre, même victorieuse, était indigne d’eux conférèrent le commandement de la plus grande armée que la République n’ait alors jamais réunie à deux Consuls, qui, opposés sur tout passèrent, leur temps à se disputer et lorsqu’ils affrontèrent le borgne le résultat en fut, au détriment de l’armée romaine, un chef-d’œuvre d’encerclement d’une force armée en vue de son anéantissement, manœuvre qui est encore enseignée dans les écoles de guerre !



Quel rapport avec le PS et les Européennes du 7 Juin 2009 ?

 Il est au Parti Socialiste un Homme d’État, du nom de Laurent Fabius...

 Photo ci dessous,  de Laurent Fabius lors d'un meeting de soutien, à sa candidature à l'investiture à la présidentielle de 2007, organisé dans la circonscription de Marc Dolez par FMDS, à l'époque  le "sous-courant"  PS de ce député du Nord et de Gérard Filoche.

 Ancien Premier Ministre  qui (pour ne pas s’enfermer dans son bureau du Palais Bourbon ou de la Rue de Solférino ) avait comprit, en discutant avec eux,  que jamais les électeurs de gauche ne voteraient pour un traité aussi réactionnaire que le TCE et, ayant admis cette réalité, il s’efforça (non sans courage ! ) de la faire accepter par ses “camarades” du Parti dit Socialiste.
 Je ne connais que trop ce combat, pour avoir vécu de près cette époque où l’incomparable Fédéral PS de l’Eure d’alors ( Michel Ranger ) se déclara partisan de cœur du Non... Mais se “résigna” à prendre la présidence de la commission Fédérale pour le oui dans une Fédé qui était majoritairement pour le Non !
Et le Non l’emporta largement au niveau national et plus encore en Haute-Normandie, en dépit d’un scrutin interne au PS qui, même si sa sincérité était contestable, coupa durablement le Parti dit Socialiste de son électorat.
 Qui n’a entendu, dans l’Eure, le Maire de Conches en Ouche ( Alfred Recours) lancer des répliques péremptoires à l’égard de ceux qui,  comme ses concitoyens, avaient osé voter Non !
Il est au PS, comme dans la République Romaine,  des gens qui considèrent qu’il ne faut jamais remettre en cause les dogmes, que ce soit celui d’un soutient indéfectible à l’Europe des pères fondateurs au PS ou celui de la vaillance ostentatoire que prônaient les pères conscrits (Sénateurs) à Rome et ce même au risque de tout perdre !

En ce triste temps de crise économique, crise que l’on peut qualifier de Crise du Capitalisme Monétariste, les arguments que nous avions naguère utilisés pour combattre le TCE ont conservé toute leur valeur et notamment les critiques relatives au danger du pouvoir exorbitant conféré à la BCE. Le Gouverneur de la BCE prétend avoir raison contre tous les autres gouverneurs des Banques Centrales du Monde et en particulier contre le dangereux Marxiste-Léniniste qui préside la Banque centrale des États-Unis d’Amérique, pays communiste par excellence, comme chacun sait ! “Il ne faut pas baisser les taux , jusqu’au taux zéro ! ” En vérité, en vérité je vous le dis telle est la vérité révélée détenue par Saint Jean-Claude !
C’est l’Europe de Delors ( Autre Saint du Panthéon “OuiOuiste” !), l’Europe du saint dogme de la concurrence libre et non faussée qui met un frein aux mesures ( déjà prisent, pour certaines, aux États-Unis d’Amérique) ayant pour but de sauver l’industrie automobile et le système bancaire. Mesures qui devraient aller, par respect de l’intérêt général, jusqu’à la nationalisation immédiate de pans entiers de notre économie ! Hélas, qui se souvient à Solférino de ce remarquable ouvrage (bénéficiant d’une longue préface de Laurent Fabius ) écrit par Lionel Zinsou (Dont je fus l’étudiant ! ) et qui à raison était titré : ” Le Fer de lance” et sous-titré : ” Essaie sur les nationalisations industrielles ” ? !
Et qui se souvient aussi de l’action de Jean Le Garrec qui conduisit les nationalisations qu’avait décidées le gouvernement dirigé par Pierre Mauroy ? !

Comment voulez vous qu’un parti, tel que le PS puisse être crédible aux Européennes, alors que depuis le Congrès de Reims il se divise en deux clans, et que le seul point commun de ses deux “cheftaines” est D’AVOIR VOTÉ ET FAIT VOTÉ POUR LE OUI AU TCE, ALORS QUE L’ÉLECTORAT SOCIALISTE VOTAIENT MAJORITAIREMENT NON !

Pour emporter l’adhésion des électeurs aux prochaines Européennes il faudra être critique à l’égard de Bruxelles , que ce soit des critiques de droite (UMP) ou des critiques de Gauche ( NPA)... MAIS ÊTRE CRITIQUE !

En ce qui concerne la préparation des Européennes, le Parti Socialiste n’en n’est encore qu’à la phase des marchandages préliminaires entre courants ( vendredi à Solférino) et à celle du dépôt des candidatures à la candidature, alors que tous les autres partis annoncent déjà leurs têtes de listes pour chacune des huit régions ! Les dignitaires de Solférino savent-ils que les Européennes ont lieu le 7 juin 2009 et non 2012, comme le donne à penser leur échéancier ?! 
Ne sous-estimons pas la portée des élections Européennes ! Notre camarade Jean-Charles Houel a eu raison de reproduire intégralement dans son blog une déclaration du Président de la République, citée dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace où la position de monsieur Sarkozy est nettement énoncée : “Nicolas Sarkozy a précisé mardi soir, devant une quarantaine de députés de la majorité invités à l’Élysée, sa position sur la réforme des collectivités locales sur laquelle la commission Balladur doit rendre ses conclusions fin février. Il a émis le souhait d’en discuter immédiatement après les élections européennes, pour un vote au parlement au courant du mois de septembre“.

Les élections Européennes seront le “test” dont dépendra toute la suite. Si le parti socialiste perd ces élections européennes, il ne pourra plus rien faire avant sa résurrection au jour du jugement dernier !!!
 En espérant qu’à cette date, les mânes de Jaurès, de Blum et de François Mitterrand viendront aider à cette reconstruction !
En guise de conclusion, je ne vois qu’une lueur d’espoir pour le PS à l’échéance du 7 juin 2009, certes que Laurent Fabius se voit confié la lourde charge de conduire la campagne des Européennes... mais peut être aussi l’idée émise par l’actuelle direction de la rue de Solférino de donner une large place dans les listes européennes aux camarades issus de ce que l’on nomme au PS (faute de mieux !) la diversité.
Au moins, ce geste permettrait de trancher ( le nœud gordien ?) du passé. Mais à lire ce qu’écrit Rachid Mammeri dans son blog, des tentatives passées du PS en ce domaine, je doute que cette velléité résiste aux froncements de sourcils des quelques hiérarques provinciaux du PS, qui considèrent que les camarades de la “diversité” sont IN-DIS-PEN-SA-BLES en périodes électorales.
 Indispensables pour préparer les cafés et servir les sandwichs aux “Békés” qui dirigent en maître le parti, dit socialiste !

Tags :  Elections, Eure, Parti Socialiste, Politique
Blog référent : http://leblogdalainreysocialistelibredeleure.blogspot.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire