Libellés

dimanche 29 août 2010

Les articles d'Alain Rey sur Voie militante : Quand Denis Szalkowski a tort de fuir le front !

Quand Denis Szalkowski a tort de fuir le front !
Par Alain Rey • 14 déc, 2008 • 

Mon Cher Denis,

Ne compte pas sur moi, pour me joindre à la cohorte de ceux qui te félicitent de ton départ du Parti Socialiste, alors qu’ils en sont bien heureux... Et une place de plus une ! Oui tu as tort de fuir le front et tu devrais nourrir, pour le moins, un doute méthodique sur ceux qui te disent le contraire.

La politique est un combat, que des gens qui participent à la vie politique non pour défendre un idéal mais pour en retirer des satisfactions personnelles s’opposent à toi... quoi de plus naturel, il serait insultant pour toi que ces types se conduisent en amis loyaux à ton égard !


Je ne me suis jamais interdit de te critiquer quand j’estimais que tu te trompais, ni de te soutenir contre mes propres amis dans le cas contraire.
Depuis des décennies la Fédération de l’Eure du Parti Socialiste va mal, mais depuis des années aussi le PS va de mal en pis, ce qui a aggravé le mal dont souffre la Fédération de l’Eure du Parti Socialiste c’est paradoxalement d’avoir conquis le département de l’Eure. Chacun le sait, le pouvoir et les illusions de puissance qui vont avec rendent fous les plus sages, nous en sommes dans l’Eure à élire et réélire Fédéral un jeune militant, parachuté dans notre département et qui je le crois ne se rend pas compte qu’il n’est que le prête-nom, de ceux qui à couvert créent et manipulent les ombres de la caverne de la rue Joséphine.
Parler contre les montreurs de marionnettes est certes un exercice difficile, dangereux même, parfois comme pour Socrate cela se termine par une injonction de justice vous condamnant à boire un bol de ciguë. La République n’a pu exister dans ce pays et dans tous les autres que parce qu’à chaque génération des citoyens se sont sacrifiés pour donner vie à leur idéal.
Toi parti, mon très cher Denis, qui d’autre dénoncera les tropismes népotiques qui rongent notre Fédération de l’Eure du Parti Socialiste, ce que dans l’Eure on nomme couramment le Socialisme Familial, nos camarades ne comprennent pas que lorsqu’ils placent, même en position non éligible, même sans arrière-pensées coupables, juste par complaisance pseudo- fraternelle à l’égard d’un camarade méritant de notre Parti Socialiste, sa compagne, son fils, sa fille, sa soeur, son frère, son beau-fils, sa belle-fille etc... ils créent les conditions d’une suspicion qui est d’autant plus dévastatrice dans l’opinion publique qu’en réalité ce geste ne conduit évidemment à aucune, et je le répète AUCUNE conduite pénalement condamnable !

D’autres associations ont connu de semblables dérives, jusqu’à une date assez récente (pour une association crée en 1773) le Grand-Orient de France dispensait les fils de Franc-Maçon, les “Lowton” des épreuves réservées à ceux qui sont les premiers de leur lignée à recevoir la lumière, et même quand ils étaient soumis à ce que les maçons nomment l’épreuve du bandeau, eu égard à leur naissance celui-ci au lieu d’être opaque était aussi translucide que le bandeau que porte un Maître Maçon le jour où il est reçu au degré de Maître Secret.
Et puis, après 1945, vint l’interdiction de ces pratiques d’un autre âge et l’introduction de l’article V, § 4 de la Constitution du Grand Orient qui est très clair sur ce point : “Nul ne peut être dispensé des épreuves graduées prescrites par les rituels”.
Les membres de Grand Orient de France ont su mesurer les risques que faisaient courir à leur association cette pratique séculaire et ils ont eu le courage et la lucidité d’y mettre fin.
C’est cette de prise de conscience de l’évolution de notre société dont a besoin la Fédération de l’Eure du Parti Socialiste et ce n’est pas la regrettable fuite de mon ami Denis Szalkowski qui y aidera... bien au contraire !

En très grande Amitié, 
 Alain Rey-Hartmann

Tags : Brionne, Eure, Eure, Parti Socialiste 

2 Réponses »

1. Denis Szalkowski le 14 décembre 2008 à 6:52 : 

@Alain

Ce doute dont tu parles m’a toujours habité dès mon adhésion. A la fois dedans et dehors, la décision que j’ai prise de partir s’est imposée à moi au fur et à mesure du temps.
Je partage ton triste sentiment sur cette fédération dont j’ai bien compris que les décisions se faisaient en dehors du Parti socialiste. Ces gens qui gouvernent cette fédération ont fait le choix de la politique au mieux comme métier au pire comme passe-temps.
Le népotisme est en train de dissoudre la société française, ses élites. Il amplifie les mécanismes de reproduction sociale et engendre une “consanguinité intellectuelle” dont le résultat est que la société française est aujourd’hui dangereusement bloquée . Lorsque j’ai vu Thomas Hollande filmer sa mère à chacune de ses apparitions au sein de Désirs d’avenir, lorsque j’ai vu les noms de certains candidats présents sur les listes du PS, j’ai compris que cette gangrène avait atteint le Parti socialiste irrémédiablement.
On dit des maçons de droite qu’ils sont affairistes. Je crois que le PS a un vrai problème avec ses maçons. Sans doute, convient-il de ne pas mettre tout le monde dans le même panier. Mais les liens “hiérachiques” liées aux pratiques maçonniques semblent plus fort que ceux qui régissent le fonctionnement d’un Parti tel que le Parti socialiste. Il suffit de voir ce qui s’est passé lors des dernières municipales dans l’Eure.
Je ne crois pas avoir fait d’erreur en quittant ce Parti. Sans doute, serai-je plus utile ailleurs .

2. dominique le 19 décembre 2008 à 21:30 :
bonsoir, à lire ici je retrouve ces façons de faire d’ailleurs, ou la p’tite famille trouve toujours place , et les p’tits copains avec ... et les amants d’un jour ou deux aussi... : le PS se reproduit à l’identique, et je crains que cela ne soit la maladie politiquement transmissible....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire