Libellés

mardi 24 août 2010

Les articles d'Alain Rey sur Voie militante : François Bayrou ou “L’Imposteur”, réflexions sur la nature politique du MoDem

François Bayrou ou “L’Imposteur”, réflexions sur la nature politique du MoDem
Par Alain Rey • 5 juin, 2009 • Catégorie: Points de vue

À quelques jours des élections européennes il n’est peut-être pas vain de s’interroger sur la vraie nature politique de la formation politique dénommée Mouvement Démocrate et surnommée MoDem.

Certes, au parti dit socialiste certains n’ont besoin que d’un chiffre pour avoir une opinion définitive sur ce parti : 65 %. C’est la part des sympathisants du PS qui souhaiteraient que cette formation politique ait une alliance avec le MoDem. Cela ne peut étonner des encartés du parti de la rue de Solférino habitués à voir leurs responsables passer, en l’espace d’un an, d’un soutien à la candidature de Madame Royal à un engagement “définitif” en faveur de Bertrand Delanoë.
Pour ces politiciens du PS, lire que 65% de leurs futurs pigeons... pardon électeurs, sont pour une alliance avec le MoDem leur suffit pour rechercher le numéro de téléphone d’un responsable de ce parti... Laissons à leurs rêves prébendiers ces politicards d’un autre temps, pour tenter de comprendre quelle est la vraie nature politique de ce MoDem.
Un fait peut nous permettre d’amorcer cette réflexion.
Lors des dernières élections municipales croyant en l’engagement pris par François Bayrou de laisser ses têtes de listes faire librement les alliances qu’elles jugeraient utiles de passer, la liste MoDem d’Aubagne décida de fusionner avec la liste du maire sortant de cette ville, opportunisme peut-être mais aussi certitude d’un gain non négligeable pour un jeune parti comme le MoDem, qui doit impérativement s’enraciner pour pouvoir exister. Las... le Maire sortant d’Aubagne était membre du Parti des fusillés, glorieux parti qui fut un des seuls à ne pas se vautrer dans la collaboration, mais le président du MoDem n’eut pas ma réaction lyrique à l’annonce de cette victoire probable à Aubagne !
Sur RTL François Bayrou déclara :
“J’ai appris par la radio qu’il y avait une alliance, la seule que je n’accepte pas, c’est à Aubagne, parce que l’alliance avec un maire communiste sortant, (même) si c’est quelqu’un sans doute de sympathique, (...) n’est pas dans le cadre de la vision qui est la nôtre. [...] Nous considérons qu’il faut avoir un minimum de repères communs, ou un patrimoine de repères communs et (...) le Parti Communiste n’entre pas dans ce répertoire de repères communs.”

Ce simple aléa de campagne électorale est, me semble-t-il, révélateur de la nature politique du mouvement démocrate.

Comme dans tout parti politique le MoDem a des statuts qui prévoient une procédure de désignation des candidats, mais s’agissant du MoDem de Monsieur Bayrou, il suffit que celui-ci apprenne par la radio que des membres de SON parti ont pris démocratiquement une décision qu’il désapprouve pour qu’il la remette en cause de son propre mouvement sans autre forme de débat... Pour un parti qui s’autoproclame “Démocrate” cette latitude laissée au chef du MoDem est consternante, on se croirait dans un mauvais sketch de Dieudonné, si je puis me permettre ce pléonasme drolatique ! Je ne vois, mutatis mutandis, servatis servandis qu’un autre exemple d’une telle latitude laissée à un chef politique... Les pouvoirs que la constitution de la République Islamique d’Iran confère au Guide Suprême de la Révolution, qui peut remettre en cause les choix du peuple iranien, si ceux-ci lui semblent contraires à la mission divine confiée à la République Iranienne par l’Ayatollah Khomeiny .

De par son fonctionnement le MoDem n’est pas un parti démocratique, et en cela il viole l’article 4 de la Constitution de la République Française en vertu duquel les partis politiques : “...doivent respecter les principes de la souveraineté nationale ET DE LA DÉMOCRATIE”

... Certes bien des membres du PS me rétorqueront que le PS lui non plus n’a pas un fonctionnement démocratique, mais à part le cas quasi-pathologique de la Fédération de l’Eure du Parti Socialiste, il ne s’agit que de déviances de tyranneaux locaux et non d’un fonctionnement ostensiblement revendiqué, comme en l’espèce celui du rejet de la liste d’Aubagne par le seul François Bayrou !

Une autre position récente du “CHEF” du MoDem, nous apprend aussi beaucoup sur la vraie nature politique du Mouvement dit Démocrate. Interrogé sur la possibilité de conclure avec le Parti Socialiste un accord du type Programme Commun, le Chef du MoDem a répondu :
“Loin de moi, très loin de moi l’idée de vouloir revenir ou aller à des pratiques du type programme commun dans lequel on passe son temps à des négociations d’appareil. [...] “Je veux me tenir éloigné de toutes ces manœuvres, je ne veux pas y participer, je ne veux pas y donner crédit. [...] C’est exactement le contraire de ce que je pense. Je ne suis pas au PS, je n’ai pas l’intention d’y être.” Ainsi le Chef du Modem assimile un programme politique à une manœuvre politique !

Monsieur Bayrou ne pouvant être taxé d’inintelligence, ces propos ne peuvent qu’être le reflet de son cynisme qui est, à n’en pas douter, en politique une “valeur” de droite et non de gauche. Une simple question, si pour Monsieur Bayrou un programme politique est chose méprisable, sur quels critères les électeurs doivent-ils faire leur choix ?!

Serait-ce le critère de la personnalité du candidat et plus particulièrement de la personnalité du Chef de leur parti ?

À l’évidence pour Monsieur Bayrou, le choix de tel ou tel parti politique par les électeurs ressort de la rencontre entre un homme (Le Chef d’un parti) et “de son peuple “... nous sommes bien loin des valeurs de gauche que méprise tant le Chef du MoDem !
Et pourtant le Modem a largement un électorat de gauche, avec raison Monsieur Jean-François Copé n’a-t-il pas déclaré : “Bayrou ne prospère que sur la fragilité du PS.”
Et au président du groupe UMP à l’ Assemblée Nationale de dénoncer ce qu’il nomme l’imposture de Monsieur Bayrou, homme de droite contrefaisant l’Homme de gauche !

Dans un article publié par le Figaro, Pascal Perrineau note qu’en 2007 sur 100 électeurs qui ont voté pour François Bayrou, 40 avaient choisi la gauche en 2002 (enfin “La Gauche”, Lionel Jospin ?! ) contre seulement 26 la droite.
 Cette analyse est recoupée sur le terrain par un article paru dans Le Démocrate Vernonnais (édition du 19 mars 2008) où Bruno Simon son actuel rédacteur en chef écrivait en page 7 : ”Le bureau de Vernonnet-Tourelles est très instructif sur la globalité du scrutin. Le MoDem y avait fait son plus gros score au premier tour : 11,83%. En une semaine, la liste de gauche a gagné 12 %“, CQFD !

Mais si le Modem a un électorat de gauche,  il reste néanmoins un parti de droite dirigé par des politiciens de droite. 

Si je puis partir de la base qu’est pour tout parti le niveau communal en passant par le niveau régional pour atteindre le niveau national :

- Aux Municipales, à Vernon la tête de liste du MoDem Emmanuel Gautier déclarait au Démocrate Vernonnais (Édition du 12 décembre 2007, Page 16) que s’il était au modem : “C’est grâce à Dominique Thiébot qui m’a présenté le projet de François Bayrou aux présidentielles” Ladite Dominique Thiébot étant à l’époque l’une des adjointes du Sénateur-Maire UMP de Vernon Jean-Luc Miraux !
- Au niveau départemental, le MoDem est dans l’Eure dirigé par une élue (Madame Danielle Jeanne) qui au Conseil Régional de Haute-Normandie siège au sein de groupe de la minorité... de Droite, UMP ! 
- Au niveau national, quel meilleur exemple que le trésorier National du MoDem Monsieur Michel Mercier, donné notoirement comme futur ministre du président Nicolas Sarközy.
 Pour être complet, en cette veille d’élections européennes, je citerai aussi Madame Corinne Lepage, qui Ministre dans le “gouvernement” Juppé appelait à “donner sa chance à Alain Juppé“ c’est à dire à voter pour lui lors des dernières législatives.

L’imposture du MoDem réside donc dans le fait d’être un parti de droite, dirigé par des politiciens de droite, conduit par un Chef de droite, mais bénéficiant de votes d’électeurs déçus par le parti dit socialiste, ce qui hélas n’a rien de très surprenant !

Plutôt que d’imaginer comment s’allier avec ce MoDem, qui méprise les valeurs de gauche, il serait plus judicieux pour le PS de reconquérir ses électeurs égarés et trompés par le Parti de Monsieur Bayrou, mais comme me le dit souvent Hélène Ledoux, cette dernière attitude est infiniment trop subtile pour un parti, comme le Parti Socialiste qui n’a plus d’autres ambitions que de conserver des prébendes à ses élus... Enfin, en dernière analyse, il reste le peuple souverain, qui n’est pas aussi veule et stupide que le proclame à plaisir les responsables du MoDem et en particulier dans l’Eure Madame Danielle Jeanne.

“Remettez-vous, Monsieur d’une alarme si chaude. Nous vivons sous un Prince ennemi de la fraude, Un Prince dont les yeux se font jour dans les cœurs, Et que ne peut tromper tout l’art des imposteurs.”

Tags : 7 juin 2009, Elections Européennes, Européennes 2009, François Bayrou, Imposture, Modem, Parti Socialiste, 
Blogs référents : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire